Objets Connectés,  Smartphones

La mise en oeuvre d’un projet complexe : comment s’y prendre ?

Lorsque l’on a pour objectif le lancement d’un projet, qu’il s’agisse d’une entreprise, d’un produit ou d’un service, il n’est pas toujours évident de travailler de façon efficace avec ses équipes. Dans cet article, nous allons vous expliquer la méthode “scrum”, qui a pour objectif de vous simplifier la mise en œuvre d’un projet complexe. C’est grâce à des logiciels de gestion de projet, comme Tuleap, que vous parviendrez à atteindre vos objectifs de façon efficiente. Mais alors, quelle est cette méthode “scrum” ? Que change-t-elle pour une entreprise ? Nous allons le voir ensemble.

La méthode Scrum

Avant de définir cette méthode et ses objectifs, voyons déjà ce que signifie le mot “scrum”. La méthode Scrum trouve son origine dans l’univers du rugby, scrum voulant dire mêlée.

Les différents rôles dans Scrum

Le scrum master

Le scrum master est garant du respect des processus, et il s’assure d’une bonne communication entre les membres de l’équipe.

Le product owner

Le product owner ou chef de produit représente le client. Il définit les spécifications fonctionnelles et établit la liste des priorités de ce qu’il faut développer. C’est aussi lui qui valide les fonctionnalités.

Le fonctionnement

Maintenant que les rôles sont définis, parlons du processus. Tout commence par une “user story” qui signifie en français l’histoire de l’utilisateur. Il s’agit de décrire l’expérience utilisateur en utilisant le langage, le vocabulaire et la terminologie de l’utilisateur. Chaque user story possède un identifiant, un nom qui décrit la fonction du produit de manière succincte, l’importance, c’est-à-dire la valeur qui définit la priorité de la story, une estimation du travail nécessaire, une démonstration, un test simple de la story qu’il faudra valider, et enfin, les notes qui comportent toutes autres informations nécessaires à la réalisation de cette story.

La user story

De la user story, il va émaner des exigences, elles seront hiérarchisées avec le client dans ce que l’on appelle un product backlog, une sorte de carnet de commandes pour le produit. Le product backlog est un miroir de tout ce qu’il faut faire pour réaliser les besoins du client et délivrer la user story. Par exemple, pour l’application, il faudra créer une interface, s’adapter au changement des fonctionnalités. Ce produit backlog va constamment évoluer pour refléter les nouveaux besoins du client. Une fois que l’on est d’accord sur la user story et les exigences, c’est-à-dire le produit backlog.

Les sprints

Alors, il est temps de se lancer dans la réalisation du projet. Celui-ci sera découpé en plusieurs étapes que l’on nomme des sprints dans le jargon de la méthode Scrum. Un sprint commence par une réunion de planification dénommé le sprint planning meeting. Au cours de cette séance, on va puiser les éléments prioritaires du produit backlog qui seront développés dans les sprints à venir. Chaque sprint dure entre deux et quatre semaines. Il y aura d’abord du développement, puis un contrôle qualité. Enfin, il faudra effectuer la livraison de l’ensemble. L’ensemble des sprints livrés se nomme le sprint backlog.

Les scrum meeting

Au quotidien, on met en place des scrum meeting, qui sont des réunions quotidiennes d’un quart d’heure en général, souvent effectué en début de journée. Ces réunions permettent à l’équipe de mesurer l’avancement du projet, et de surveiller les délais. Lors de ces réunions, chaque membre de l’équipe va exprimer trois choses : ce qu’il a fait la veille, ce qu’il va faire aujourd’hui et les problèmes qui peuvent vous bloquer. Le but est de communiquer et d’identifier les éventuels blocages dans l’avancement du projet. Cette réunion doit rester courte, c’est pourquoi les problèmes ne seront pas résolus pendant la réunion, mais les solutions seront étudiées plus tard. À la fin de la réunion, les problèmes doivent être délégués afin d’être résolus le plus rapidement possible.

Pourquoi choisir la méthode scrum ?

La gestion de projet standard est assez rigide. Ce projet est à exécuter dans un certain délai et en respectant un budget. Lorsque l’on veut changer un paramètre dans ce projet, cela impacte tout le reste. L’équipe de projet doit alors examiner et valider les changements. Il existe cependant un cadre méthologique plus agile, qui vient du monde de l’informatique. Cette méthode tend à se généraliser surtout dans le marketing. La méthode scrum va révolutionner la façon dont on gère un projet pour un nouveau produit ou une nouvelle fonctionnalité.

Par exemple, vous pourriez avoir besoin de créer une application mobile. Alors, vous aurez un grand nombre de demandes, venant de clients ou de commerçants. Les besoins vont évoluer très rapidement et il faudra vous adapter. En choisissant une méthode rapide et agile, vous pourrez ne pas vous noyer sous un trop plein d’informations. La méthode agile Scrum est basée sur des rôles et une équipe composée de développeurs, de testeurs, d’architectes, et de tout autre métier nécessaire à la réalisation du projet. Idéalement composée de 6 à 10 personnes, cette équipe peut cependant être beaucoup plus importante.